Ma Pharmacie et moi

CHIENS, CHATS LES ANTIPARASITAIRES, AVEC PRÉCAUTION !

Rédigé le 11/01/2021
Ma Pharmacie


Des colliers antiparasitaires falsifiés, en vente sur Internet, exposent les utilisateurs à une absence de protection ou à laprésence de substances chimiques inconnues ou en surdosage. De leur côté, les antiparasitaires légaux ne sont pas dénués de danger, rappelle la CLCV qui milite en faveur d’une meilleure information du consommateur. Comment faire pour protéger votre animal dans ces conditions ?

« Des colliers antiparasitaires pour les chiens et les chats falsifiés vendus sur internet en provenance de Chine » ont été signalés à l’Agence nationale du médicament vétérinaire (ANMV), au sein de l’Anses. « Les produits étaient présentés sur le site Wish comme des colliers antiparasitaires de la gamme Seresto, produits par l’entreprise Bayer », précise l’agence. « Les analyses ont montré que les substances actives normalement contenues, la fluméthrine et l’imidaclopride, sont absentes. » Ce qui induit des risques allant « de la simple inefficacité à la toxicité éventuelle pour l’animal, l’être humain et l’environnement, selon les substances qu’ils contiennent ».

Si la contrefaçon est illégale et dangereuse, les antiparasitaires légaux sont-ils pour autant dépourvus de risque ? L’association de consommateurs et usagers CLCV souligne la méconnaissance des propriétaires de chiens et de chats concernant ces produits destinés à protéger leur animal des puces, tiques et autres parasites.

Leur enquête menée par questionnaire auprès de 270 maîtres révèle que « 80% d’entre eux ne connaissent ni les effets potentiels des antiparasitaires sur leur santé et celle de leur entourage ni ceux sur l’environnement ». Or « ils contiennent pour la majeure partie d’entre eux des pesticides potentiellement neurotoxiques ».

Des insecticides très toxiques. La plupart des substances retrouvées dans ces produits sont des pesticides appartenant à la famille des insecticides. Parmi eux, l’imidaclopride est très toxique pour les abeilles et son niveau de persistance dans l’environnement est très élevé. De son côté, le fipronil est potentiellement neurotoxique. Il est classé comme cancérigène possible et toxique en cas d’ingestion, d’inhalation ou par contact cutané.

« Les personnes fragiles, comme les enfants, entrent en contact avec ces produits en caressant les animaux ce qui constitue un risque d’exposition non négligeable pour ces derniers », alerte l’association. En effet lorsqu’ils sont utilisés sous forme de colliers ou pipettes, ces produits ne sont pas ingérés par voie orale par l’animal. Leur action est diffuse et continue sur une période donnée. Ce qui peut exposer l’environnement et l’entourage du chien ou du chat à la substance active. Pourtant « seules 35% des personnes disent faire attention à leur composition lors de l’achat », révèle la CLCV. Et près des « trois quarts de ces produits sont jetés dans la poubelle tout déchet ».